Sonerien Du

Le Vieux Chêne

Le Vieux Chêne

Belbeoch/Férec-Trad.
(Rond de Loudéac)
 
Batterie : G. Belbéoch / Chant
Basse : C.Runarvot
Claviers : Ph. Férec / Chant
Gtr : D.Lardic
Gtr : C. Ziegler
Biniou Kozh : C.Cadudal
Bombarde : J Tymen
 

Nombreux sont les jeunes bretons qui ont quitté le pays durant la guerre 14-18, pour aller défendre la France contre l’envahisseur, et qui, pour ceux qui ont eu cette chance, sont revenus “ gueules cassées ”, avec des membres en moins, suite aux bombardements… ce Rond de Loudéac, de l’album FRANKIZ (2015) relate l’histoire d’un de ces soldats, qui s’était taillé sa jambe de bois dans une branche d’un vieux chêne de son village…

 
Y’avait dans mon village, au milieu un grand chêne (bis)
J’adorais jouer autour lorsque j’étais enfant
Je n’aurais jamais dû m’éloigner d’mon village
Je n’aurais jamais dû m’éloigner d’ma maison
 
J’ai quitté mon village, j’n’avais pas encore 15 ans (bis)
Fringant des pieds à la tête, habillé fort joliment
Je n’aurais jamais dû m’éloigner d’mon village
Je n’aurais jamais dû m’éloigner d’ma maison
 
Une jolie veste rouge, un chapeau, une cravate (bis)
Qui me faisaient passer pour un capitaine d’infanterie
Je n’aurais jamais dû m’éloigner d’mon village
Je n’aurais jamais dû m’éloigner d’ma maison
 
Des soldats sur la route, m’ont embarqué de force (bis)
Et me v’là à faire la guerre sans l’avoir demandé
Je n’aurais jamais dû m’éloigner d’mon village
Je n’aurais jamais dû m’éloigner d’ma maison
 
Après 4 ans de guerre, on m’a démobilisé (bis)
Je n’servais plus à grand chose, tant je m’étais blessé
Je n’aurais jamais dû m’éloigner d’mon village
Je n’aurais jamais dû m’éloigner d’ma maison
 
Rentré du champ d’bataille, j’y ai laissé une jambe (bis)
Breton chair à canon, c’est le prix que j’ai payé
Je n’aurais jamais dû m’éloigner d’mon village
Je n’aurais jamais dû m’éloigner d’ma maison
 
Y’avait dans mon village, au milieu un grand chêne (bis)
Pour m’faire ma jambe de bois, là, ils ont fait tomber
Je n’aurais jamais dû m’éloigner d’mon village
Je n’aurais jamais dû m’éloigner d’ma maison