Sonerien Du

Mille Batailles

Mille Batailles

Adeux / Adeux / Arr. Férec – Kernéis – Belbéoch
 
Batterie : G. Belbéoch / Chant
Basse : J-P Le Cam / Chant
Claviers : Ph. Férec / Chant
Gtr : D.Lardic / Chant
Gtr /mandoline : H. Kerneis / Chant
Veuze/ accordéon : J Beauchamp
 

Alors, ne cherchez pas ce titre sur un vieil album des DU, vous ne l’y trouverez pas, et pour cause !!!! C’est un morceau du groupe EV. Les copains nantais avaient demandé à divers artistes bretons de faire des versions personnelles de certains de leurs titres, en vue de sortir un album-tribute ! Le challenge nous ayant plu, on avait donc arrangé (en y ajoutant un bel instrumental de veuze, joué par l’ami Jacques Beauchamp…) et enregistré début 2000 “1000 BATAILLES”, mais l’album n’est jamais sorti, EV ayant cessé toute activité…. Comme on aimait bien notre petite version, on l’avait faite terminer terminer l’album LA KOMPLET’, en 2010. The cherry on the cake ! Et Tac !!

 
Mille batailles, mille affronts

Nos épées brûlent comme des tisons,

Écus d’azur, heaumes d’acier

Nos lances percutent des boucliers,

Sentiers de guerre, chemins de haine

qui sont ces soldats oubliés,

Fument les chaumières, tout est cendre

Se mêlent le sang, horreur, misère


 
Sonnent les harpes le ciel s’éclaire

Le jour nouveau surgit de l’ombre

Et l’eau des lacs de plomb liquide

Se change en flaque de diamants clairs.


 
Nos gosiers sèchent, nos gorges grattent

Et rien n’apaise notre soif,

La peur nous guette , les cris, le sang, la peine

La joie demeure.
 


Sonnent les harpes le ciel s’éclaire

Le jour nouveau surgit de l’ombre

Et l’eau des lacs de plomb liquide

Se change en flaque de diamants clairs.


 
Les fées nous protègent, les elfes nous veillent

Les fées, le vent, le chant du vent.
 


Que de mystères pour des victoires

Que de souffrances contradictoires,

Et vient la paix, l’amour, la mort

La foudre éclaire nos corps transis,

La barque nous cueille, ras des écueils

Là-bas attend une autre vie

Une autre vie.


 
Sonnent les harpes le ciel s’éclaire

Le jour nouveau surgit de l’ombre

Et l’eau des lacs de plomb liquide

Se change en flaque de diamants clairs.


 
Les fées nous protègent, les elfes nous veillent

Les fées, le vent, le chant du vent